La reproduction des panthères dans la mode : La maison Cartier

La reproduction des panthères dans la mode : La maison Cartier

La panthère dans la mode

Après la triste nouvelle de la semaine dernière, de la perte de Karl Lagarfeld on a voulu nous aussi parler de mode, de style, de tendance avec la reproduction des panthères dans nos vêtements, bijoux etc.

Si aujourd’hui on retrouve la reproduction du tigre chez Kenzo, la panthère n’a rien à envier à sa rivale : le tigre. Car aujourd’hui on retrouve la reproduction des panthères dans de fabuleux bijoux de Cartier.

C’est en XXème siècle qu’on voit pour la première fois une panthère sur une montre bracelet.

Si vous avez entendu parler de la marque française Cartier, vous avez bien entendu parler de l’une de ses collections plus connues. « La panthère de Cartier ».

Mais comment cette collection de Cartier où l’on reproduit des panthères sur des bijoux est devenue aussi emblématique ?

Tout commence avec une peinture. Pour une exposition de bijoux à Paris la maison Cartier voulait une peinture que l’on retrouverais sur ses invitations. La marque fait appel à un peintre : George Barbier.

Et c’est sur ce tableau que l’on découvre la reproduction de la fameuse panthère qui fait le triomphe de la marque Cartier.

Sur cette peinture on retrouve une femme élégante portant des bijoux et à son pied on retrouve une panthère noir aussi élégante. Le peintre George Barbier appellera cette peinture tout simplement la « Dame à la panthère « .

                              « La dame à la panthère »

La raison véritable pour laquelle le peintre a décidé de reproduire la panthère sur sa toile reste mystérieuse. Même si c’est vrai qu’au début du XXème siècle les félins était très à la mode et exprimait la féminité.

Durant cette même année Cartier reproduit pour la première fois la panthère. La panthère de Cartier voit le jour, une montre reproduisant le magnifique manteau tacheté de ce léopard.

« Première reproduction de la panthère sur un bijou »

La reproduction de la panthère de manière entière a été pour la toute première fois sur une trousse de toilette appartenant à Jeanne Toussaint. Jeanne Toussaint a également inspiré la maison Cartier. En effet on l’a surnommée la panthère, un symbole de la féminité de la sensualité de l’indépendance des femmes de la France des années folles, que Jeanne représenté.

Toussaint a également largement contribué à faire de la collection Panthère de Cartier l’icône du futur.

C’est grâce à sa personnalité et à son style féminin que Louis Cartier l’a embauchée à la tête du département des accessoires de Cartier la même année où il l’a rencontrée.

En 1927, un designer du nom de Peter Lemarchand s’est joint à l’équipe de Cartier. Très habile, il a observé des panthères au zoo.

Lemarchand a largement contribué à faire de la panthère la légende de Cartier qu’elle est aujourd’hui. Vers cette époque, les premières broches représentant intégralement les animaux ont commencé à apparaître. En 1933, Jeanne Toussaint est nommée directrice des bijoux de qualité chez Cartier.

Au fil des ans, de nombreuses célébrités et personnalités de la haute société, parmi lesquelles des nobles, sont devenues des admiratrices de la collection sans cesse croissante de la Panthère de Cartier.

L’une des fans les plus importantes de Cartier était la duchesse de Windsor. En 1948, son troisième mari, le prince Edward, duc de Windsor, demande à Cartier de créer une broche de panthère en trois dimensions pour son épouse.

    Broche de Cartier en trois dimensions

Cette broche a également marqué un tournant dans l’histoire de la Panthère de Cartier : c’était la première reproduction des panthères en trois dimensions, une étape importante pour la célèbre ligne de bijoux de la marque.Une grande fan, la duchesse de Windsor a acquis beaucoup d’autres pièces de la collection Panther au cours des années suivantes.

María Félix (1914-2002), une actrice mexicaine surnommée la panthère mexicaine, figurait bien sur cette liste. En 2005, Cartier a consacré une montre à Félix, surnommé La Doña, un autre de ses surnoms.

              « L’actrice Maria Felix avec des bijoux Cartier »

Jeanne Toussaint est morte en 1978, mais la reproduction des panthères qu’elle a introduite dans la collection de Cartier est toujours vivante et constamment réinventée.

Cartier a continué à lancer de nouveaux modèles de panthères au fil des ans et, en 2009, la marque a incorporé la majestueuse panthère des neiges à ses bijoux.

En 2014, Cartier a célébré le centenaire de la Panthère de Cartier. Un ensemble de bijoux de 56 pièces a été inauguré et une grande exposition de style « Cartier » a été présentée au Grand Palais de Paris. (Bien qu’il soit presque impossible d’exprimer le charme de la Cartier Panther avec des mots, un coup d’œil sur Jeanne Toussaint est peut-être tout ce dont vous auriez besoin.)

« L’élégante Jeanne Toussaint »

Et c’est ce qui caractérise, le charme et la séduction de la Panthère de Cartier. Porter un bijou de panthère célèbre vous permet de vous sentir sauvage et indompté tout en conservant un haut niveau de classe et une sophistication luxueuse, grâce à la fourrure diamantée de la bête, à ses taches d’onyx noir et à ses yeux émeraudes emblématiques – , son mouvement fluide. De cette manière, la panthère incarne bon nombre des traits que représente la marque Cartier: impressionnant, luxueux, séduisant.

De plus, la panthère est un symbole de la féminité, une féminité féroce et indépendante qui était nouvelle dans le monde lors de la création de la Panthère de Cartier. Commençant par une montre de toutes sortes – un article de mode pour les femmes avant-gardistes de l’époque – et peu de temps après être devenu le symbole des femmes fortes, confiantes et surtout libres et sauvages (comme l’ont prouvé les nombreux adeptes célèbres de la collection), en grande partie, bien sûr, sous l’influence de Jeanne Toussaint, « la panthère ». Je vous invite à lire le livre de Stéphanie des Horts ou elle raconte la vie de Jeanne Toussaint.

Une réaction au sujet de « La reproduction des panthères dans la mode : La maison Cartier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *